Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 14:18

La Conseillère Municipale Arielle LAUGIER remercie l'APASMC pour son action de défense de l'environnement et l'entretien régulier des berges du canal d'Arles à Bouc.
Repost 0
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 14:07

Lors des travaux de réfection des quais du Rhône à Trinquetaille, le plan incliné de mise à l'eau des bateaux à été détruit, sans aucune concertation avec les pêcheurs. La Ville d'Arles a financé, à hauteur de 15 000 €, la construction d'un nouvel ouvrage, quai Jean Boudignon, dans le canal d'Arles à Bouc. L'inauguration par les élus de la Ville a eu lieu samedi 30 août, à la grande satisfaction de l'Association des Pêcheurs d'Arles-Saint-Martin-de-Crau (APASMC) et de son Président Gérard TISCHENDORF.

Repost 0
27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 13:59

Avec l’organisation des Jeux Olympiques à Pékin, les médias ont dénoncé la répression et les nombreuses atteintes aux droits humains que subit le peuple chinois. A juste titre. Mais, dans le même temps, chez nous, en France, Pays des Droits de l’Homme, des atteintes aux libertés ont eu lieu et n’ont pas eu le même impact dans la presse. Cet été, de nombreux festivals de musique ont été annulés car les autorités françaises ont refusé d’accorder des visas aux artistes étrangers, la plupart  africains, qui, pourtant, possédaient tous un certificat de travail en bonne et due forme. Ce fut le cas du poète sénégalais El Hadj N’Diaye qui n’a pu se produire à Arles, dans le cadre du festival gratuit « Convivencia » organisé par nos amis Catherine Le Guellaut et Jean Colomina, artisans disquaires (Musiques-Arles, 14, rue Réattu).

Quelle est cette société qui a peur des poètes ?

Le tout jeune torero Michelito a été interdit d’arènes par deux fois, par le Préfet de Région, avant de pouvoir montrer son talent dans une becerrada à Gimeaux … sous l’objectif des gendarmes !

Quelle est cette société qui voudrait voir disparaître la culture taurine ?

Depuis le 1ier juillet, sans débat public préalable, un nouveau fichier policier se met en place sous le nom d’EDVIGE*. Il recensera de manière systématique et généralisée, toute personne (dès l’âge de 13 ans) « ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui joue un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ». Depuis la Libération, jamais on n’avait été aussi loin dans la suspicion et le contrôle des citoyens.

Quelle est cette société qui fouille sans vergogne dans notre vie privée ? 
     
                   
Albert LAUGIER


*
site : http://nonaedvige.ras.eu.org                    

Repost 0
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 20:02

Lettre ouverte à M. Joël POU, Responsable d'opération pour le projet autoroutier d'ARLES :

 

Monsieur,

 

En pleine période de vacances, vous nous convoquez aujourd'hui à une réunion d'information pour nous présenter, à la fois, votre travail sur le dossier du contournement d'Arles et votre successeur.

Cela fait maintenant un an que nous avons déploré un silence assourdissant de la part de la Direction Régionale de l'Equipement. Par deux fois, depuis juillet 2007, lorsque le dossier de l'autoroute a connu un regain d'intérêt, vous avez "oublié" de nous prévenir :

- en octobre 2007, nous avons appris par la presse que les réunions ainsi que la présentation des études prévues par la D.R.E. étaient annulées et reportées au printemps 2008. Nous aurions espéré tenir cette information de votre part.

- en juin 2008, nous avons également appris par la presse et par le site "P'ARLES" qu'un Comité de Pilotage sur le contournement autoroutier avait eu lieu à la Sous-Préfecture d'Arles. Ni les services de la Sous-Préfecture, ni vous-même, ne nous avaient tenu au courant. Bien que ne faisant pas partie de ce Comité de Pilotage, notre association, en tant que membre de l'ARPA, avait pu assister et s'exprimer au cours des deux Comité de Pilotage précédents.


Cette manière de faire vis à vis des associations de terrain ne nous surprend pas. Depuis le début de la deuxième phase de la "concertation" engagée par la D.R.E., nous avions regretté un changement de méthode. Les associations n'étaient plus reconnues ni considérées comme des partenaires à part entière. Nous avons assisté dès lors à de simples réunions d'informations, souvent sans renseignement préalable sur les questions à traiter, sans possibilité de modifier les choix proposés. Certaines associations, ne voulant pas cautionner une démarche qui n'avait plus rien à voir avec une véritable concertation, ont abandonné le processus. Notre association, sans grand espoir d'amélioration, a cependant tenu à continuer à assister aux réunions. Mais aujourd'hui, devant tant d'acharnement à nous ignorer nous ne pouvons plus cautionner votre désinvolture à notre égard.


Je sais bien que c'est le système qui est en cause. Le fait que l'Administration change régulièrement d'interlocuteur n'est pas neutre. Il ne faut pas qu'une relation conviviale et suivie s'instaure entre les associations et la D.R.E. Mais vous êtes tout de même complice du système. Je pensais que nos relations étaient empreintes d'une part de confiance réciproque.


J'ai lu dans La Provence que M. Alain BUDILLON, Directeur de la D.R.E. était "pleinement satisfait de la concertation et de l'information sur les propositions de tracés" de ce dossier. Ben voyons! A la vue de la situation qui est faite aux associations, on peut difficilement faire mieux dans la langue de bois et l'hypocrisie.


Je vous confirme donc que je ne participerai plus aux réunions de la D.R.E. concernant ce projet.


Arles, le 24 juillet 2008                                                                                   Albert LAUGIER 

Repost 0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 08:34

Les gens du voyage (1) expriment par leur mode de vie la diversité d'habitat reconnue par la Constitution et garantie par la liberté fondamentale d'aller et venir. Leurs traditions et mode de vie si différents des nôtres et la crainte qu'ils expriment, nourrie de préjugés, rendent souvent difficile leur cohabitation avec les populations sédentaires. Pour permettre le stationnement des quelques 150 000 nomades voyageant dans l'Hexagone, les besoins ont été estimés à 30 000 places de caravanes réservées; environ 8 000 places étaient disponibles en 2007. La loi du 05 juillet 2000, plusieurs fois réactualisée depuis, tente de faire respecter ce mode de vie sans pour autant nuire à la qualité de vie des "Gadjé" (2). Cette loi instaure un schéma départemental d'implantation des aires permanentes d'accueil des gens du voyage élaboré par le Préfet et le Président du Conseil Général. Toutes les communes de plus de 5 000 habitants sont tenues de créer ces aires d'accueil. Les dépenses d'acquisition, d'aménagement et de fonctionnement sont à leur charge. Cependant, bien qu'elle ait acquis un terrain (le long de la voie rapide, côté hôpital) depuis des années, la ville d'Arles ne peut l'aménager car l'Etat refuse ce choix au prétexte que le terrain est situé en zone inondable. La situation est, pour le moment, bloquée. Lorsqu'il n'y a pas de terrain aménagé sur le territoire de la commune, le Maire ne peut que limiter, entre 2 jours et 15 jours, le stationnement sauvage des caravanes. Pour faire ordonner l'évacuation des caravanes par le Préfet de Police, il faut une décision de justice (malgré le référé cela demande au minimum une dizaine de jours) à condition que "l'occupation porte atteinte à la sécurité, la tranquillité ou la salubrité publique".
C'est ce qui se passe actuellement dans notre quartier. Des dizaines de caravanes occupent les terrains du stade Louis Brun depuis plusieurs jours. Le fait ne s'était pas produit depuis juin 2004. Un voisin s'est étonné que l'élue du quartier n'ait pas empêché ce stationnement. Alors que des rochers de plusieurs quintaux ont été déplacés par les nomades, à l'aide de sangles, comment la Conseillère Municipale aurait-elle pu les en dissuader?
Ce groupe de nomades avait demandé l'autorisation de séjourner quelques jours à proximité de la ville. Le Maire avait refusé en indiquant qu'il n'avait aucun terrain à leur disposition. Le groupe a passé outre en s'installant où il en avait envie. On comprend bien que cette situation soit ressentie par les riverains comme du laxisme. D'autant plus, qu'après chaque occupation, les reproches sont souvent les mêmes : bouches d'incendie ou vestiaires sportifs forcés, intrusion chez des riverains, abandon d'ordures, excréments répandus à la ronde,... Pourtant, en l'absence d'aire d'accueil, lorqu'il y a occupation illicite de terrains (publics ou privés), la recherche d'un équilibre entre les droits et les devoirs des gens du voyage est toujours difficile. Entre deux voyages, il faut bien qu'ils stationnent quelque part, avec des conditions minimales d'hygiène.
Lorsqu'il est saisi par des Maires ou des Députés, le Ministère de l'Intérieur, répond invariablement qu'il hésite à s'engager vers une plus grande coercition à l'égard des nomades et prône le dialogue avec les organisations représentatives des communautés tsiganes (3).
(1)
L'expression "gens du voyage" désigne à la fois les Tsiganes, dont font partie les Manouches ou Sinti (en France depuis des siècles), les Gitans (andalous ou catalans) et les Roms (d'origine indienne), et les Yéniches (européens).
(2) "Gadjé" est le pluriel de "Gadjo", le mot signifie "les gens du Pays" attachés à leur terre.
(3) A Arles, une délégation a été reçue par le Maire dès le lendemain de leur arrivée.

Repost 0
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 08:44

Nous avons appris, en consultant le site "P'ARLES", qu'un Comité de Pilotage (C.P.) sur le contournement autoroutier d'Arles avait eu lieu à la Sous-Préfecture afin de faire le point sur l'avancement des études et recueillir le point de vue de ses membres. Ni les services de la Sous-Préfecture, ni ceux de la Direction Régionale de l'Equipement (D.R.E.) ne nous avaient tenu au courant. Bien que ne faisant pas partie de ce Comité de Pilotage, notre association, en tant que membre de l'ARPA, avait pu assister et s'exprimer au cours des deux derniers C.P. En octobre 2007, nous avions été surpris d'apprendre par le quotidien La Provence que les réunions ainsi que la présentation des études prévues par la D.R.E. étaient annulées et reportées à une date ultérieure. Depuis février 2007, où l'ex-préfet de Région, Christian Frémont, avait imposé son choix et coupé court à la concertation sur les trois solutions envisagées pour le tracé Sud Vigueirat, nous n'avons eu droit qu'à une seule réunion et à une visite de terrain qui n'a rien apportée. Cette manière de faire vis à vis des associations de terrain ne nous surprend pas. Depuis le début de la 2ième phase de la "concertation" engagée par la D.R.E. nous avions regretté un changement de méthode. Les associations n'étaient plus reconnues ni considérées comme des partenaires à part entière. Nous avons assisté dès lors à de simples réunions d'informations, souvent sans renseignement préalable sur les questions à traiter, sans possibilité de modifier les choix proposés. Certaines associations, ne voulant pas cautionner une démarche qui n'avait plus rien à voir avec une véritable concertation, ont abandonné le processus. Notre association, sans grand espoir d'amélioration, a cependant tenu à continuer à assister aux réunions. Mais aujourd'hui, devant tant d'acharnement à nous ignorer, notre position pourrait être remise en cause. Il nous est difficile d'admettre que sur un dossier structurant qui engage durablement notre avenir, l'Administration, non seulement refuse aux citoyens une parcelle de pouvoir, mais ne prend même pas en compte nos avis lorsqu'ils s'exercent majoritairement.

Repost 0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 14:33

Avril 1978 / Mai 2008 = 30 ans se sont écoulés dans le lotissement de Plan du Bourg. L'association Sud Semestres-Plan du Bourg fêtait, elle, ses 25 ans d'existence, histoire de ne pas être en reste.
Pour célébrer dignement ces deux évènements, pas moins de 200 personnes se sont retrouvées sur la placette située au centre du lotissement même. Antoine CARILLO, nouvellement élu Président, a remercié avec chaleur et amitié Arielle LAUGIER qui a abandonné sa fonction pour celle de Conseillère Municipale, Déléguée aux quartiers sud entre autres. Après avoir reçu en cadeau un livre sur la tauromachie et des fleurs, elle fit l'historique de l'aventure humaine et associative de ce coin d'Arles. Le ciel, pour la circonstance, avait mis de côté ses nuages noirs. Du coup, pour les gens du Sud que nous sommes, il n'en fallait pas davantage pour que l'ambiance générale soit, elle aussi, au beau fixe. Nos amis Any et Dédé PREDON n'ont pas ménagé leur peine pour offrir une mouclade géante et succulente appréciée de tous. L'apéro fut généreux, comme les retrouvailles autour d'un verre. Environ 200 personnes y ont participé, des adhérents bien sûr, des habitants des différents lotissements, dont celui des Flamants ainsi que quelques élus : Bernard BACCHI, Roger GUEYRAUD, Jean-Luc MASSON et Lionel SCHNEIDER.
Derrière une tente berbère, le couscous qui se préparait, n'allait décevoir personne (160 convives). Et que dire des six agneaux cuits à la braise? Un véritable régal. Sur le coup des 17 h. autour des gâteaux d'Anniversaire provenant de la boulangerie pâtisserie C. Ghanmi (42, avenue Sadi Carnot), un toast fut porté et c'est sous une salve de feux d'artifice et d'applaudissements que les agapes prirent fin. De cette journée, qui s'est poursuivie cependant jusqu'à 20 h., il faudra retenir l'esprit familial et convivial.
Pour être complet, il reste à remercier celles et ceux qui se sont dépensés sans compter pour planter et animer le décor ainsi que les organismes qui nous ont aidé.
Merci à Thomas COLETTE, notre petit violoniste qui vient de fêter ses 11 printemps.
Merci au slammeur Jean-Pierre MORALES, venu de Marseille, pour ses textes pleins de sensibilité et de vérités sociales, merci à ses confrères Max et Christophe.
Merci à la Fanfare des Beaux Dimanches, chapeauté par Jacques PERROT, ancien Maire de la ville,
Merci à notre animateur préféré, Philippe LAMENT, Président de l'association de 1983 à 2000.
Merci aux Services de la Ville d'Arles : le Protocole, l'E.P.I. et les Espaces Verts.
Merci à la Communauté d'Agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette.
Merci au Conseil Régional.
Merci au Conseil Général.
Merci à la société Ricard.
Merci à Sonia CESI, artiste peintre et fille de nos amis PREDON, pour son expo.
Merci au Centre L'Emmanuel pour son aide logistique.
Merci aux volontaires, pour leur aide technique, les deux Roland, les deux JO, Antoine, Danielle, Michel, Marc, Didier, Alain, François, Lollo, la famille COLETTE,...
Enfin, un grand merci à tous les adhérents de la première heure, qui nous ont toujours fait confiance et n'ont pas oublié notre belle aventure humaine commune.

Repost 0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 09:44

Farandole sous les pins :

Repost 0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 09:41

Philippe LAMENT, le premier Président de l'Association, dans son rôle d'animateur :

Repost 0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 09:35

Les gâteaux d'anniversaire :

Repost 0

Présentation

  • : Blog de l'Association Sud Semestres-Plan du Bourg. Siège : N°11, rue Léo Lagrange 13200 ARLES
  •  Blog de l'Association Sud Semestres-Plan du Bourg. Siège : N°11, rue Léo Lagrange 13200 ARLES
  • : Informations et commentaires sur les projets des quartiers de Barriol, des Semestres, de Plan du Bourg et plus largement sur la Ville d'ARLES. Présentation et activités de l'Association Sud Semestres-Plan du Bourg.
  • Contact

Recherche