Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 12:22

Le Conseil Municipal du 04 avril dernier a voté à l’unanimité des membres présents et représentés, la poursuite des travaux de la Plaine de Football afin d’améliorer les conditions de la pratique sportive de cet espace. En 2012, la tranche 2 prévoit la création de bâtiments (vestiaires, sanitaires,…) pour une surface d’environ 850 m² et s’achèvera en 2013 avec la tranche 3 par la réalisation des équipements annexes (tribunes et aménagements des abords). Le coût prévisionnel des tranches 2 et 3 est estimé à 2 410 000 € TTC. L’Etat participera à hauteur de 15%, le C.G. 13 pour 45%, le Conseil Régional PACA pour 20% et la ville d’Arles pour 20%.

Repost 0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 12:09

 

M. Alain MICHEL, relais local de l’AF3V (Association Française pour le développement des Véloroutes et Voies Vertes, www.af3v.org ) nous a fait parvenir le C.R. d’une réunion du Service Aménagements Routiers (SAR) du C.G. 13, à laquelle il a participé. En ce qui concerne le secteur d’Arles, nous avons relevé que l’aménagement véloroute entre Mas-Thibert et le Mas d’Aling a pris du retard à cause de quelques problèmes techniques et surtout à cause des négociations avec l’entreprise Arkema qui exploite un saumoduc situé sous l’emprise de la voie. A. MICHEL s’est inquiété d’une repousse importante de la végétation sur le tronçon déjà réalisé. Il préconise un changement de revêtement, faisant remarquer qu’un revêtement plus économique au moment de la réalisation s’avère, à l’usage, beaucoup plus onéreux au bout de 10 ans (coût élevé de l’entretien). Le S.A.R. va réfléchir à la proposition mais fait remarquer que le marché passé prévoit seulement le bicouche qui est en cause. A. MICHEL propose un projet de création  d’un barreau cyclable reliant Via Rhôna et les Marais du Vigueirat avec un passage sécurisé en traversée de Mas-Thibert. Nous avons noté également :                    

 - En 2011, sur un investissement de 30 à 40 millions d’euros pour les routes, les réalisations spécifiques « vélo » ont été de l’ordre de 4 M.€.   En 2012, l’objectif est d’atteindre 6 M.€.   

 - La ville d’Arles a adhéré à l’AF3.       

- La C.N.R. (Compagnie Nationale du Rhône) participe au financement de l’opération à hauteur de 30% jusqu’en 2014.      

- L’AF3V Rhône-Alpes organise une randonnée VTC/VTT, du 09 au 17 juillet 2012, reliant Genève à Arles afin de faire connaître l’itinéraire Via Rhôna et rencontrer les Collectivités qui réalisent ou vont réaliser une partie du parcours. Arrivée prévue à Arles le mardi 17 juillet.       

- L’APROVEL (Salon) organise également une randonnée vélo autour d’Arles, les 09 et 10 octobre 2012.

     

Repost 0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 13:43

Notre quartier n’échappe pas aux actes regrettables d’incivismes, de dégradations et d’agressions de toutes sortes. De cette sensation de malaise palpable au quotidien chez les jeunes ados et adultes et, fait nouveau et préoccupant, chez de tout jeunes enfants (entre 6 et 10 ans). La crise sociale, incontestablement, frappe de plein fouet une population en difficultés financières liées essentiellement à un taux de chômage anormalement élevé. Cela, tout le monde peut le comprendre. Ce que beaucoup de nos concitoyens comprennent moins et n’acceptent pas ce sont les actes gratuits contre les biens et hélas contre des personnes, souvent âgées de surcroît. C’est ce manque de respect, ces joutes verbales entre jeunes et moins jeunes, ces insultes, ces menaces et ces dégradations qui exaspèrent les habitants. Cette incompréhension, ce mutisme qui s’installe comme un mur infranchissable entre les anciens et les jeunes, entre personnes d’origines différentes sont le lot quotidien de la vie du quartier. Bon sens, respect des personnes et des biens, volonté, courage, solidarité et biens d’autres qualités ont fondu comme neige au soleil. La jeunesse est pointé du doigt, mais pas seulement. La démission de certains adultes à l’égard de ses enfants est à regretter. Même si le contexte général, difficile (familles monoparentales, difficultés d’adaptation,…), pesant, anormal, est à prendre en compte. Presque 64% des ménages du quartier de Barriol ne sont pas imposables. Le constat est lourd de conséquence avec des actes répétitifs, quotidiens qui découragent les bonnes volontés. La déferlante emporte tout sur son passage : écoles saccagées, véhicules volés, incendiés ou laissés en pièces détachées, véhicules renversés simplement par plaisir, incendies divers, bris de vitres, portes de garage détériorées, caillassages, vols, chapardages, invasions des jardins et des toits terrasse, agressions verbales et physiques,…

Les incendies peuvent mettre la vie d’adultes et d’enfants en danger. Deux exemples récents :

·          Celui d’un feu dans une cage d’escalier d’un immeuble, volontaire ou pas, avec une vingtaine d’hospitalisations due aux  émanations des fumées. Que dire de la négligence d’une famille ayant laissé un vieux canapé sur le palier au lieu de demander au service « Allo Propreté » de venir le récupérer, alors que ce service est gratuit !

·          Deux jours après, un jeune gamin de 12/13 ans prenant plaisir à mettre le feu aux végétaux d’une aire de jeux du boulevard Allende et excitant les autres enfants, sans aucune réaction des mamans présentes !

Certains lotissements sont touchés plus que d’autres. Des propriétaires exaspérés, en attente de solutions qui ne viennent pas, commencent à mettre leurs biens en vente, avant qu’ils ne soient trop dépréciés.

L’augmentation massive de la population Roms* qui squatte le Mas Léon vient ajouter, à ce climat déjà lourd, des problèmes et une angoisse supplémentaires à tout un quartier fragilisé. Les familles viennent s’installer avec fauteuils et tapis autour de la borne à incendie, située à proximité d’un espace vert de la rue Léo Lagrange, pour faire la lessive et… leurs besoins. Les haies sont devenues des étendoirs, l’eau de la ville coule en permanence. De part et d’autre de la rue Philippe Lebon et de la voie ferrée désaffectée, les lieux sont devenus de véritables W.C. à ciel ouvert ! Ces inconvénients deviennent insupportables pour les riverains qui pointent un grave problème d’hygiène. Des grosses cylindrées font du gymkhana dans les rues du lotissement mettant en danger la population. Des véhicules font des allers et venues incessantes dans le lotissement nuit et jour, notamment un fourgon blanc avec l’inscription « service » en rouge, celui-là même que chacun peut voir dans différents lieux de la ville. Depuis plusieurs mois, des odeurs insistantes et désagréables titillent nos narines semblant provenir de gaines brûlées afin de récupérer le cuivre ou quelques autres métaux. Les abords de la plaine de Sports deviennent un dépotoir, notamment à proximité du conteneur à verres. Sur ce coup, les Roms ne sont certainement pas les seuls responsables. Depuis près de deux ans, l’arrivée d’une ou deux familles, plutôt discrètes, dans le Mas avait plus ou moins été acceptée par les habitants. Aujourd’hui, l’arrivée de nombreuses familles, les caravanes installées dans la cour font que la situation a complètement basculée.

Une majorité d’habitants du quartier n’en peut plus, est excédée. Une pétition a été lancée chez un commerçant de Barriol. Cette situation a certainement trouvée un exutoire lors du vote du premier tour des élections Présidentielles. Le bureau de vote N°11 de Semestres-Plan du Bourg a mis en tête la candidate du Front National avec 29,69% des voix exprimées.

Pouvoirs publics, autorité de police, institutionnels de Médiation, malgré une attention accrue n’arrivent plus à jouer leur rôle, à faire cesser le trouble. A quand une reprise en main commune de tous pour des jours meilleurs ? Avant d’inévitables dérapages.

* Depuis l’entrée de la Roumanie dans l’Europe, tous les pays européens sont confrontés à cet afflux de population Roms (15 000 en France, 120 000 en Italie). L’Europe conseille de les accueillir  et de les intégrer socialement et économiquement. Pour cela, elle dégage des fonds, mais la France n’y a pas accès. Les Roms ont le droit de se rendre dans n’importe quel Etat membre de l’Union Européenne en disposant d’une carte d’identité ou d’un passeport en cours de validité (le visa n’est plus nécessaire). Au-delà d’un séjour d’une durée de 3 mois, ils doivent justifier d’un droit au séjour (en qualité d’actif, d’inactif, d’étudiant ou de membre de famille).

 

Repost 0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 13:26

ASSPB Méchoui 13-05-2012 001

Après avoir annulé la rencontre par manque d’investissement de nombreux administrateurs, le Bureau de notre association, devant la demande de plusieurs adhérents, a finalement maintenu l’organisation de ce repas qui se veut convivial en réunissant anciens et nouveaux adhérents, anciens et nouveaux habitants du quartier. S’est posé ensuite le trop petit nombre d’inscrits à la date limite fixée par les organisateurs afin de commander les agneaux et prévoir les différents achats. Puis les participants se sont déclarés nombreux les quatre derniers jours ignorant les problèmes que cela peut causer au traiteur et aux bénévoles d’ASSPB. Finalement, 93 convives ont pu apprécier, sous un beau soleil mais avec quelques rafales de vent, l’apéritif, la mouclade et le méchoui accompagné de son couscous. Pour remercier Antoine CARILLO, qui vient de laisser la Présidence de l’association à Albert LAUGIER, un présent lui a été offert. Cette année, M. le Maire, contrairement à son habitude n’a pu venir nous saluer, car ce jour là, il a été victime d’un malaise et a été hospitalisé pour un incident cardiaque. Grâce à une gestion rigoureuse, l’équilibre financier de cette prestation a pu être atteint, alors que l’an dernier nous avions été en déficit.

Les + de cette journée:

-          La disponibilité d’Anny et André PREDON pour pêcher les moules, préparer et servir la mouclade.

-          L’amabilité et le professionnalisme d’Hamid, le traiteur oriental, et de son personnel.

-          La qualité et la quantité des mets.

Les – de cette journée :

-          Le petit nombre de bénévoles pour monter et démonter la tente berbère, mettre en place les tables et les chaises, mises gracieusement à disposition par le service communal de l’EPI, et servir l’apéritif, les boissons et le repas.

-          Le comportement de quelques convives, jamais satisfaits, qui oublient que ce sont des bénévoles qui se dévouent pour organiser cette journée. Qui oublient aussi qu’ils ne sont pas dans un restaurant où tout peut être exigé. Les prix étant tirés au maximum, on doit se satisfaire des moyens mis à disposition !

-          Les initiatives de certains à se servir, comme chez eux, gênant les organisateurs dans la gestion des boissons ou des mets et privant ainsi d’autres convives.

A méditer pour la prochaine fois :

Partager un repas entre adhérents et amis, c’est du plaisir. Il faut que cela le reste !

ASSPB Méchoui 13-05-2012 038

 ASSPB Méchoui 13-05-2012 040   ASSPB Méchoui 13-05-2012 013

ASSPB Méchoui 13-05-2012 011

 

ASSPB Méchoui 13-05-2012 014ASSPB Méchoui 13-05-2012 055ASSPB Méchoui 13-05-2012 029

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ASSPB Méchoui 13-05-2012 033

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ASSPB Méchoui 13-05-2012 061

Repost 0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 09:22

 

Résultats cumulés des trois bureaux de vote de notre quartier (Cirque Romain N°9, Barriol N°10 et Plan du Bourg-Semestres N°11) :

  

 

Inscrits : 4447 
Votants : 3437 
Nuls : 186 
Exprimés : 3251 

 

Candidats Voix %
  HOLLANDE François 1981  60,94%
  SARKOZY Nicolas 1270 39,06%
Repost 0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 08:29

Terroir marécageux, la Camargue a conservé une race particulière de chevaux et de taureaux sauvages qui vivaient jadis en liberté dans ses espaces. C'est pour surveiller et gérer de tels troupeaux que les gardiens de bétail ("gardians" en Provençal) ont pris l'habitude de se servir de petits chevaux camarguais. Comme les autres corps de métiers, celui des gardians s'est constitué en une confrérie fondée en 1512 par Pierre RENOUARD. Le 02 janvier 2012 la Confrérie des Gardians de Saint-Georges fétait ses 500 ans d'existence. Afin de donner un éclat particulier à cet anniversaire, un programme riche a été concocté par la Confrérie. De nombreuses activités se sont déroulées entre le 23 avril et le 06 mai : expositions, colloques, rassemblement de nombreux cavaliers et arlésiennes en costumes traditionnel, cavalcades, course de satin, Grand Spectacle Provençal (Grand Espetacle Prouvençau), diverses réceptions,...

Repost 0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 09:08

Depuis des années, des réunions ont lieu régulièrement pour parler du risque inondation. Plus de 55 réunions concernant la commune d'Arles se sont déroulées sur ce dossier depuis 10 ans.

Le Plan de Prévention du Risque Inondation (PPRI), créé en 1995, constitue l'un des outils de la mise en oeuvre de la politique de l'Etat en matière de prévention des inondations. Il met en évidence les zones soumises au risque inondation par débordement du Rhône, pour notre région, et réglemente l'usage des sols en précisant les secteurs où l'urbanisation est possible sous conditions et où elle doit être interdite. Le PPRI a pour but d'interdire les implantations nouvelles dans les zones à riques forts, de réduire le coût des dommages liés aux inondations et de contrôler strictement l'extension de l'urbanisation en zone inondable. Il s'impose à tous (particuliers, entreprises, collectivités,...) notamment lors de la délivrance des autorisations d'urbanisme. Ses dispositions supplantent celles du Plan d'Occupation des Sols (POS, devenu le PLU).

Après ces années de tergiversations et suite aux inondations de Vendée où la tempête Xynthia a fait 59 morts (février 2010), l'Etat s'est raidi pour accorder des autorisations d'urbanisme. Il faut dire, qu'en Vendée particulièrement, certains Maires avaient autorisé n'importe quoi sans que l'Etat n'intervienne.

Pour nous ce raidissement de l'Etat s'est traduit par un arrêté préfectoral du 22 février 2012, notifié à la commune d'Arles le 5 mars dernier, imposant un Plan de Prévention du Risque Inondation anticipé (PPRIa). Le PPRIa rend immédiatement applicables certaines dispositions du PPRI en cours d'élaboration depuis 2000, sans enquête publique préalable, après simple consultation des Maires concernés. Le PPRIa ne s'applique qu'aux constructions et implantations nouvelles et n'a pas vocation à réglementer les biens et les activités existantes. Bien entendu, ce plan a mis le feu aux poudres d'autant plus que les remarques faites par le Maire d'Arles, pendant le délai imposé, pour protéger la commune sans stopper son développement économique et humain, n'ont pas été prises en compte. Des zones constructibles depuis des années deviennent inconstructibles, ruinant les propriétaires, la zone d'activités au Nord d'Arles ne peut plus être valorisée (le magasin Leclerc ne pourrait plus être construit aujourd'hui) malgré la construction de la digue Nord. Les terrains sont inconstructibles dans une bande de 400 mètres, situés de part et d'autres du Rhône; bloquées aussi les réhabilitations des friches industrielles des Papeteries, de Lustrucu et de Bricomarché. Le Plan du Bourg est situé dans la zone rouge (aléa fort) où toutes constructions nouvelles sont interdites. C'est le gel total, certains emploient le terme de "vitrification" ou de "caramélisation", de 90% du territoire urbain et rural de la commune alors que 182 millions d'euros ont été engagés par le SYMADREM pour renforcer les berges, les quais et les digues du Rhône!. Ces dispositions s'appliquent aussi aux communes de Boulbon, Tarascon, Saintes-Maries-de-la-mer, Port-Saint-Louis-du-Rhône, Châteaurenard, Nîmes, Saint-Gilles, le Grau-du-Roi,...

Le projet de PPRIa ayant été rejeté à l'unanimité par les élus du Conseil Municipal d'Arles, Hervé SCHIAVETTI a annoncé qu'il déposerait, pendant le délai de deux mois, un recours gracieux auprès du Préfet des Bouches-du-Rhône ainsi qu'un recours contentieux sur le fond en justice.

" Pour l'Etat, la peur de la responsabilité pénale domine tout autre point de vue. Aussi légitime que soit cette prudence, elle ne doit pas gâcher le développement de notre territoire" a déclaré le Premier Magistrat. Il a souhaité, lors d'une réunion publique au Théâtre Municipal, le soutien de la CCI, de la Chambre d'agriculture, des propriétaires concernés et de l'ensemble des arlésiennes et des arlésiens.

 

Le Rhône en crue (05/11/2011) :

Le Rhône samedi 05-11-2011 010

Repost 0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 07:48

Nous avons été invités à assister, en tant que représentants du quartier sud (Barriol, Semestres et Plan du Bourg),  à la première séance du Comité de Pilotage de la Mission de programmation et d'aménagement de la R.N. 113, aux côtés des institutionnels (ville d'Arles, ACCM, C.R. PACA, C.G. 13, DREAL PACA, CETE, Sous-Préfecture,...) et des C.I.Q. de Trinquetaille, la Roquette et Pont de Crau.

L'intention de la ville d'Arles est, à la l'occasion de la création du contournement autoroutier, de réparer l'erreur du passé qui a coupé la ville de ses quartiers sud pour faire passer une voie rapide desservant Fos sur Mer. Elle souhaite utiliser l'emprise de la R.N.113 pour l'aménager en boulevard urbain qui fuidifierait la circulation automobile tout en desservant et désenclavant ses quartiers périphériques. Pour cela la ville a confié une étude au Cabinet MARNIQUET (La Page N°39, janvier 2012) qui nous a présenté les grandes lignes de son projet : rattachement des quartiers avec le centre-ville, développement urbain, nouvelle manière de se déplacer et révèler des valeurs paysagères. Le diagnostic devrait durer 4 mois, les divers scénarii envisagés 4 mois et le plan guide des travaux à effectuer 5 mois. De toutes façons, rien ne presse car la plupart des aménagements ne pourront être réalisés qu'après l'ouverture de l'autoroute, en 2020 dans le meilleur des cas.

Nous avons fait remarquer au cabinet d'étude que si la R.N. 113 requalifiée en boulevard urbain améliorera les flux automobiles avec le centre ville et le quartier de Trinquetaille, l'étanchéité du centre-ville perdurera avec nos quartiers sud à cause de la double coupure boulevard et canal d'Arles à Bouc et du dénivellement existant. Le cabinet d'étude, qui se rapprochera des associations concernées, ne voit guère, pour améliorer la situation, que la création d'une voie réservée aux déplacements doux sur l'emplacement de la voie ferrée désaffectée.

Une fois de plus, preuve nous est apportée que, malgré les bonnes intentions affichées des uns et des autres, seul le projet de la réalisation de la déviation de la R.D. 35 nous semble être celui qui désenclavera réellement nos quartiers Sud. Nous devons donc, inlassablement, continuer à défendre cette option auprès des élus afin qu'elle soit réalisée dans des délais raisonnables.

 

Double obstacle : la voie rapide et le canal d'Arles à Bouc : Divers 07-2010 002

Canal d'Arles à Bouc 10-02-2012 001

 

 

 

Repost 0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 15:46

Cet évènement a été célébré pour la première fois le 22 avril 1970. le Jour de la Terre est aujourd'hui reconnu comme l'événement environnemental populaire le plus important au monde.
Le fondateur de cet événement est le sénateur américain Gaylord Nelson. Il encouragea les étudiants à mettre sur pied des projets de sensibilisation à l'environnement dans leurs communautés. Aujourd'hui, le Jour de la Terre est célébré, à travers le monde, par plus de 500 millions de personnes dans 184 pays.
 

Notre planète en danger

Le 30 mars 2005, l'Unesco publiait la première évaluation des écosystèmes pour le millénaire, un rapport accablant sur l'impact de l'homme sur la planète. Au cours des dernières années, les activités humaines ont modifié les écosystèmes pour satisfaire une demande croissante de nourriture, d'eau douce, de bois, de fibre et d'énergie...
Une dégradation irréversible aux conséquences désastreuses puisque le bien-être de l'homme est menacé d'ici à quarante ans.

 

Pour plus d'informations : www.journee-mondiale.com

 

 Déforestation de l'Amazonie :

 

Repost 0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 11:06

Résultats cumulés des trois bureaux de vote de notre quartier (Cirque Romain N°9, Barriol N°10 et Plan du Bourg-Semestres N°11 :

 

Inscrits : 4447 
Votants : 3422
Nuls : 59 
Exprimés : 3363 

 

Candidats Voix %
JOLY Eva 49  1,46%
LE PEN Marine 873  25,96%
SARKOZY Nicolas 547  16,27%
MELENCHON Jean Luc 516  15,34%
POUTOU Philippe 46  1,37%
ARTHAUD Nathalie 10  0,30%
CHEMINADE Jacques 0,12%
BAYROU Francois 120  3,57%
DUPONT-AIGNAN Nicolas 31  0,92%
HOLLANDE Francois 1167  34,70%

 

 

 

Panneaux électoraux officiels (bureau de vote N°11) :

Arles 19-04-2012 002

 

Affichage sauvage : les partisans de ces deux candidats ignorent le volet environnement qu'ils sont censés défendre!

Arles 19-04-2012 001

 

 

Les deux candidats qualifiés pour le 2ème tour :

  Arles 22-04-2012 003

 

Repost 0

Présentation

  • : Blog de l'Association Sud Semestres-Plan du Bourg. Siège : N°11, rue Léo Lagrange 13200 ARLES
  •  Blog de l'Association Sud Semestres-Plan du Bourg. Siège : N°11, rue Léo Lagrange 13200 ARLES
  • : Informations et commentaires sur les projets des quartiers de Barriol, des Semestres, de Plan du Bourg et plus largement sur la Ville d'ARLES. Présentation et activités de l'Association Sud Semestres-Plan du Bourg.
  • Contact

Recherche