Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 13:43

Notre quartier n’échappe pas aux actes regrettables d’incivismes, de dégradations et d’agressions de toutes sortes. De cette sensation de malaise palpable au quotidien chez les jeunes ados et adultes et, fait nouveau et préoccupant, chez de tout jeunes enfants (entre 6 et 10 ans). La crise sociale, incontestablement, frappe de plein fouet une population en difficultés financières liées essentiellement à un taux de chômage anormalement élevé. Cela, tout le monde peut le comprendre. Ce que beaucoup de nos concitoyens comprennent moins et n’acceptent pas ce sont les actes gratuits contre les biens et hélas contre des personnes, souvent âgées de surcroît. C’est ce manque de respect, ces joutes verbales entre jeunes et moins jeunes, ces insultes, ces menaces et ces dégradations qui exaspèrent les habitants. Cette incompréhension, ce mutisme qui s’installe comme un mur infranchissable entre les anciens et les jeunes, entre personnes d’origines différentes sont le lot quotidien de la vie du quartier. Bon sens, respect des personnes et des biens, volonté, courage, solidarité et biens d’autres qualités ont fondu comme neige au soleil. La jeunesse est pointé du doigt, mais pas seulement. La démission de certains adultes à l’égard de ses enfants est à regretter. Même si le contexte général, difficile (familles monoparentales, difficultés d’adaptation,…), pesant, anormal, est à prendre en compte. Presque 64% des ménages du quartier de Barriol ne sont pas imposables. Le constat est lourd de conséquence avec des actes répétitifs, quotidiens qui découragent les bonnes volontés. La déferlante emporte tout sur son passage : écoles saccagées, véhicules volés, incendiés ou laissés en pièces détachées, véhicules renversés simplement par plaisir, incendies divers, bris de vitres, portes de garage détériorées, caillassages, vols, chapardages, invasions des jardins et des toits terrasse, agressions verbales et physiques,…

Les incendies peuvent mettre la vie d’adultes et d’enfants en danger. Deux exemples récents :

·          Celui d’un feu dans une cage d’escalier d’un immeuble, volontaire ou pas, avec une vingtaine d’hospitalisations due aux  émanations des fumées. Que dire de la négligence d’une famille ayant laissé un vieux canapé sur le palier au lieu de demander au service « Allo Propreté » de venir le récupérer, alors que ce service est gratuit !

·          Deux jours après, un jeune gamin de 12/13 ans prenant plaisir à mettre le feu aux végétaux d’une aire de jeux du boulevard Allende et excitant les autres enfants, sans aucune réaction des mamans présentes !

Certains lotissements sont touchés plus que d’autres. Des propriétaires exaspérés, en attente de solutions qui ne viennent pas, commencent à mettre leurs biens en vente, avant qu’ils ne soient trop dépréciés.

L’augmentation massive de la population Roms* qui squatte le Mas Léon vient ajouter, à ce climat déjà lourd, des problèmes et une angoisse supplémentaires à tout un quartier fragilisé. Les familles viennent s’installer avec fauteuils et tapis autour de la borne à incendie, située à proximité d’un espace vert de la rue Léo Lagrange, pour faire la lessive et… leurs besoins. Les haies sont devenues des étendoirs, l’eau de la ville coule en permanence. De part et d’autre de la rue Philippe Lebon et de la voie ferrée désaffectée, les lieux sont devenus de véritables W.C. à ciel ouvert ! Ces inconvénients deviennent insupportables pour les riverains qui pointent un grave problème d’hygiène. Des grosses cylindrées font du gymkhana dans les rues du lotissement mettant en danger la population. Des véhicules font des allers et venues incessantes dans le lotissement nuit et jour, notamment un fourgon blanc avec l’inscription « service » en rouge, celui-là même que chacun peut voir dans différents lieux de la ville. Depuis plusieurs mois, des odeurs insistantes et désagréables titillent nos narines semblant provenir de gaines brûlées afin de récupérer le cuivre ou quelques autres métaux. Les abords de la plaine de Sports deviennent un dépotoir, notamment à proximité du conteneur à verres. Sur ce coup, les Roms ne sont certainement pas les seuls responsables. Depuis près de deux ans, l’arrivée d’une ou deux familles, plutôt discrètes, dans le Mas avait plus ou moins été acceptée par les habitants. Aujourd’hui, l’arrivée de nombreuses familles, les caravanes installées dans la cour font que la situation a complètement basculée.

Une majorité d’habitants du quartier n’en peut plus, est excédée. Une pétition a été lancée chez un commerçant de Barriol. Cette situation a certainement trouvée un exutoire lors du vote du premier tour des élections Présidentielles. Le bureau de vote N°11 de Semestres-Plan du Bourg a mis en tête la candidate du Front National avec 29,69% des voix exprimées.

Pouvoirs publics, autorité de police, institutionnels de Médiation, malgré une attention accrue n’arrivent plus à jouer leur rôle, à faire cesser le trouble. A quand une reprise en main commune de tous pour des jours meilleurs ? Avant d’inévitables dérapages.

* Depuis l’entrée de la Roumanie dans l’Europe, tous les pays européens sont confrontés à cet afflux de population Roms (15 000 en France, 120 000 en Italie). L’Europe conseille de les accueillir  et de les intégrer socialement et économiquement. Pour cela, elle dégage des fonds, mais la France n’y a pas accès. Les Roms ont le droit de se rendre dans n’importe quel Etat membre de l’Union Européenne en disposant d’une carte d’identité ou d’un passeport en cours de validité (le visa n’est plus nécessaire). Au-delà d’un séjour d’une durée de 3 mois, ils doivent justifier d’un droit au séjour (en qualité d’actif, d’inactif, d’étudiant ou de membre de famille).

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Blog de l'Association Sud Semestres-Plan du Bourg. Siège : N°11, rue Léo Lagrange 13200 ARLES
  •  Blog de l'Association Sud Semestres-Plan du Bourg. Siège : N°11, rue Léo Lagrange 13200 ARLES
  • : Informations et commentaires sur les projets des quartiers de Barriol, des Semestres, de Plan du Bourg et plus largement sur la Ville d'ARLES. Présentation et activités de l'Association Sud Semestres-Plan du Bourg.
  • Contact

Recherche